Le Festival du Livre de Paris, anciennement Livre Paris, revient après deux ans d’absence pour cause de Covid. La manifestation revient près de sa source, puisque c’est au Grand Palais qu’a été inaugurée par Jack Lang en 1981 la toute première édition. Sur trois jours, jusqu’au 24 avril, et gratuit, ce festival se concentre au Grand Palais éphémère mais irradie aussi hors les murs sur dix autres lieux comme la Maison de la poésie, la Sorbonne, le Panthéon, le Petit Palais, le musée Guimet, l’Académie du climat, le cimetière du Montparnasse, etc. Le pays invité est l’Inde, avec la présence de nombreux auteurs. Cette édition sera également l’occasion de fêter les trente ans de Zulma et les vingt ans des éditions Sabine Wespieser.

Le salon est aussi un rendez-vous des professionnels du livre et de l’écrit, à l’instar des grandes foires du livre organisées en Europe (comme la foire du livre de F   rancfort), même s’il ne s’y négocie pas les cessions de droits.

Grand événement généraliste dédié au livre en France, Le Festival du Livre de Paris est, pendant trois jours, un festival littéraire à part entière : l’événement propose au public chaque jour, sur chaque scène, des rendez-vous aux formats les plus variés possibles, des plus intimes aux plus spectaculaires. De plus, les visiteurs peuvent acheter les livres exposés et les faire dédicacer par les auteurs présents sur les stands de leurs éditeurs. Des rencontres avec le public sont organisées tout au long du salon avec les auteurs et les professionnels de l’édition.

Les écrivains grecs au salon

Le stand de la Grèce presentera un large panorama du livre grec avec plus de 170 ouvrages d’auteurs grecs traduits en français ou qui concernent la Grèce.

De nombreux auteurs viendrons également dédicacer leurs livres sur le stand : Christos Chomenidis (Prix du livre européen 2021), Soloup, Yannis Palavos, Fotini Tsalikoglou, Allain Glykos, Solange Festal-Livanis (Prix du livre étranger 2020 pour Mauthausen de Iakovos Kambanellis), Katerina Apostolopoulou (Prix pépite fiction ados au Salon du livre de Montreuil et de la presse jeunesse 2020), Christos Markogiannakis, Ianna Andreadis, Emilie Papatheodorou, Emmanuel Lascoux, Georges Prévélakis, Pierre Judet De La Combe, Christos Chryssopoulos, Andrea Marcolongo…


La Grèce : Des frontières et des Hommes,

Grand Palais Éphémère Café Raconter, le 22 avril 2022 à 14:00

 

Une table ronde entre Christos Chryssopoulos, Allain Glykos, Fotini Tsalikoglou et Soloup, animée par Karine Papillaud.
Pays de voyageurs depuis l’antiquité, la Grèce est aujourd’hui pays d’immigration pour de nombreuses populations en détresse. La littérature et la bande dessinée se font témoin de ces mouvements perpétuels qui sont le propre de l’humanité.

Allain Glykos a publié Gilets de sauvetage aux éditions Cambourakis, en mai 2018.

Christos Chryssopoulos a publié Amère frontière aux éditions Actes Sud, en octobre 2019.

Fotini Tsalikoglou a publié 8 heures et 35 minutes aux éditions Cambourakis, en août 2021.

Soloup, Aïvali aux éditions Steinkis.


Niki, ou la victoire de la littérature

Grand Palais Éphémère  Agora,  le 22 avril 2022 à 18:00
Une rencontre entre Costa-Gavras et Christos Chomenidis, animée par Alexia Kefalas.
Une rencontre entre Costa Gavras, le célèbre réalisateur de Z et Président de la cinémathèque française et l’écrivain Christos A. Chomenidis, lauréat du Prix du livre européen 2021,  pour Niki (Viviane Hamy). Un roman qui, par sa puissance évocatrice, transforme l’histoire d’une femme (le prénom « Niki » signifie « Victoire ») en l’Histoire de tout un pays.

Les auteurs en dédicace

 


  Chronologie

  • 1981 : Jack Lang, ministre de la Culture, inaugure le salon au Grand Palais.
  • 1982 : François Mitterrand, président de la République, inaugure le salon.
  • 1983 : organisation d’une première journée professionnelle ouverte aux libraires et aux bibliothécaires.
  • 1985 : Simone Signoret attire de nombreux admirateurs avec son roman Volodia.
  • 1987 : Valéry Giscard d’Estaing inaugure le salon.
  • 1988 : ouverture du cycle des pays invités.
  • 1989 : affluence d’hommes politiques : Jacques Chirac, Lionel Jospin, Michel Rocard… Le salon se transfère à la porte de Versailles.
  • 1990 : retour au Grand Palais.
  • 1993 : les régions commencent à investir le salon.
  • 1994 : le salon revient porte de Versailles.
  • 1995 : Salman Rushdie vient au salon, bravant la fatwa qui le menace.
  • 1996 : les États-Unis sont le pays invité du salon.
  • 2001 : l’Allemagne est l’invitée d’honneur. Le président de la République française et le chancelier fédéral allemand — Jacques Chirac et Gerhard Schröder — inaugurent le salon.
  • 2002 : alors que l’Italie est à l’honneur, une possible visite de Silvio Berlusconi provoque le refus de la ministre de la Culture, Catherine Tasca. Des manifestations anti-Berlusconi ont lieu au Salon
  • 2004 : polémique autour de la non-invitation de Gao Xingjian, prix Nobel de littérature et français depuis 1998, alors que la Chine est le pays invité d’honneur à l’occasion de l’Année de la Chine en France
  • 2005 : l’entrée du salon est gratuite pour les étudiants.
  • 2006 : la littérature francophone est mise à la lumière avec le « Pavillon francophone » et le coup d’envoi de « Francofffonies ! » le festival francophone en France
  • 2007 : l’Inde est le pays invité d’honneur et l’espace de « La Terrasse » est inauguré.
  • 2008 : l’édition 2008 est perturbée, et sa fréquentation sans doute affectée, par l’appel au boycottage lancé par plusieurs pays arabes, le Liban, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Iran, l’Arabie saoudite, le Yémen, ainsi que l’Union des écrivains palestiniens. Ils entendent dénoncer ainsi la politique d’Israël contre le peuple palestinien. Les autorités françaises « regrettent » ce mouvement, réprouvé également par de nombreux écrivains de toutes nationalités. Le SNE rappelle que c’est « la littérature israélienne » qui est invitée, et non l’État d’Israël en tant que tel.
  • D’importantes mesures de sécurité sont prises pour filtrer les entrées, qui entraînent de longues files d’attente. Une alerte à la bombe a même eu lieu le dimanche qui contraint les organisateurs à l’évacuation totale du salon
  • 2010 : Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, inaugure la 30e édition du salon sur fond de crise : plusieurs éditeurs réduisent leur participation (Hachette, La Martinière), tandis que d’autres renoncent (Bayard). L’association des éditeurs indépendants L’Autre Livre milite contre une hausse des tarifs des stands des petits éditeurs. La Turquie étant prévue être invitée d’honneur, les organisateurs décident de célébrer non pas un pays mais les auteurs.
  • 2011 : la littérature nordique est à l’honneur, représentée par des écrivains en provenance des cinq pays invités d’honneur : la Suède, le Danemark, la Norvège, la Finlande et l’Islande. Buenos Aires est la ville invitée. L’entrée du salon est gratuite pour les titulaires de la carte d’usager des bibliothèques de la ville de Paris.
  • 2012 : le Japon est le pays invité d’honneur, alors que Moscou est la ville invitée. Le lauréat du prix Nobel de littérature 1994, Kenzaburō Ōe, participe à des débats sur l’« Agora » du Centre national du livre.
  • 2013 : la Roumanie est le pays invité d’honneur, et Barcelone la ville invitée. François Hollande, président de la République, inaugure le salon.
  • 2014 : l’Argentine est le pays invité d’honneur, et Shanghai la ville invitée. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault inaugure le salon en compagnie de Cristina Kirchner, présidente de l’Argentine12. Exposition « Regards de femmes », en collaboration avec les éditions Dargaud, « honore le talent des auteures dans une exposition singulière sur les femmes et la bande dessinée13 », exposition collective avec les œuvres de Catherine Meurisse, Claire Bretécher, Florence Cestac, Annie Goetzinger, Marion Montaigne et Vanyda.
  • 2015 : le Brésil, avec une délégation de 48 auteurs est le pays invité d’honneur de la 35e édition et Cracovie et Wrocław deviennent les villes invitées. Au cœur des réflexions contemporaines sur l’économie du livre à l’ère de l’internationalisation et de la dématérialisation, le salon propose cette année trois axes thématiques Droit d’auteur, droit de l’Homme, Nos héros préférés et Tourisme, voyage et récits d’aventure.
  • 2016: la Corée du Sud devient le pays à l’honneur dans le cadre de l’année France-Corée 2015-201614, Brazzaville et Pointe Noire sont les deux villes congolaises invitées et Constantine, capitale de la culture arabe en 2015 est l’occasion de mettre à l’honneur la littérature algérienne. Pour la première fois, le salon Livre Paris15 propose Livre sur Seine16, un salon hors les murs sur les berges de Seine.
  • 2017 : le Maroc est le pays invité d’honneur, le salon a mis en lumière les lettres et la culture d’un pays du monde arabe.
  • 2018 : la Russie est le pays invité d’honneur du salon inauguré par Emmanuel Macron. Ce dernier choisit cependant de boycotter le stand russe en raison des tensions diplomatiques dues à l’empoisonnement de l’agent double Sergueï Skripal. La présence de Zakhar Prilepine a également provoqué des protestations de la part d’activistes ukrainiens, qui ont brandi des pancartes « Prilepine assassin » et en sont venus aux mains avec les gardes du corps de Prilepine
  • 2019 : l’Europe est le premier continent invité d’honneur dans l’histoire du salon, à l’occasion des enjeux politiques récents comme le Brexit et les élections européennes de 2019. Inaugurée par Édouard Philippe et Franck Riester, l’édition no 39 est au centre de controverses autour du livre numérique et de l’autoédition. Une baisse de la fréquentation le , lors de l’« acte XVII » des gilets jaunes, sera attribuée par les organisateurs au « contexte et une actualité sociale tendus. »