L’épave d’Anticythère est l’épave ancienne la plus riche jamais découverte. L’épave est ce qui reste d’un navire de charge romain qui a fait naufrage au deuxième quart du Ier siècle av. J.-C. Découverte par des pêcheurs d’éponges au large de l’île grecque d’Anticythère au printemps 1900, l’épave est notable par son contenu : de nombreuses statues en marbre et en bronze, dont l’éphèbe d’Anticythère, des amphores, monnaies, verreries ainsi que d’autres objets datant du IVe siècle av. J.-C. au Ier siècle av. J.-C., L’épave a également abandonné un mystérieux dispositif à engrenages, le mécanisme d’Anticythère.

Depuis sa découverte les fouilles ont continué …Les expéditions archéologiques

1900-1901

L’expédition grecque qui découvre la plupart de ces objets, de l’automne 1900 à l’été 1901, est la première expédition d’archéologie sous-marine de grande envergure organisée par un état.

1953 et 1976

Le commandant Cousteau retourne sur le site de l’épave en 1953 et en 1976, ramenant plusieurs objets et des ossements des membres de l’équipage et peut-être de passagers du navire.

 

 La grande reprise à partir de 2012  Que contient encore l’épave ?

Les habitants d’Anticythère racontent des histoires de statues de marbre géantes situées au-delà de la portée des plongeurs d’éponges. Les archives de la récupération de 1900-1901 indiquent qu’au moins une grande statue de marbre a été abandonnée lors des opérations de récupération, et il y a des indices que d’autres ont été traînées dans des eaux plus profondes en pensant à tort qu’elles n’étaient que des rochers. Pendant ce temps, les chercheurs et les érudits en technologies anciennes se demandent si le site cache peut-être un autre mécanisme d’Anticythère, d’autres morceaux de l’original, ou au moins quelques indices sur l’appartenance de cet objet mystérieux.

Les spéculations abondent, car aucune étude scientifique n’a jamais été menée sur l’épave. Une seule enquête officiellement sanctionnée a été autorisée depuis l’opération 1900-1901. L’explorateur sous-marin Jacques-Yves Cousteau et l’équipage de la Calypso ont travaillé sur le site pendant plusieurs semaines en 1976, avec l’approbation du gouvernement hellénique et sous la supervision de l’archéologue grec Dr. Lazaros Kolonas. Cousteau savait où plonger, car il avait déjà visité l’île en 1953, accompagné du professeur du MIT Harold « Doc » Edgerton. Ils n’ont plongé que trois jours en 1953, mais en ont vu suffisamment pour les inciter en 1976 à tourner une émission télévisée, Diving for Roman Plunder. L’équipe a dragué une partie de l’épave pour révéler plus d’artefacts pour les caméras.

Depuis cette expédition, personne n’a plongé l’épave jusqu’en 2012.

Relevez l’excitation générale lorsque une équipe de plongeurs dirigée par l’Éphorie hellénique des antiquités sous-marines est retournée pour un examen approfondi. Les plongeurs ont utilisé des recycleurs à circuit fermé de style James Bond et des véhicules à propulsion de plongeur équipés de caméras vidéo haute résolution. En huit jours opérationnels, nous avons fait le tour de l’île à environ 40 mètres de profondeur. Sur le site de l’épave, nous avons trouvé des artefacts éparpillés sur une vaste zone du fond marin escarpé et rocheux. Il s’agit notamment de poteries intactes, de l’ancre de plomb du navire et de quelques objets en bronze déroutants. L’équipe pense que des centaines d’autres objets pourraient être enfouis dans les sédiments à proximité. Le ministère hellénique de la Culture et des Sports a demandé à notre équipe de poursuivre l’enquête sur l’épave.

À partir de septembre 2014 et pendant un mois, nous avons cartographié le site précisément avec un robot autonome porteur de caméras stéréo et de sonar. Nos équipes de plongée technique spécialement formées ont commencé l’excavation de l’épave. Nos recycleurs à circuit fermé à gaz mixte ont donné à chaque plongeur plus de 30 minutes de temps au fond par jour, bien au-delà des durées de plongée de tous les efforts précédents sur l’épave.

Une cartographie plus détaillée des régions d’intérêt a été réalisée lors de l’expédition de 2019. Nous avons également déployé l’Exosuit, un système de plongée unique en son genre fabriqué par Nuytco. Propriété de JF White Contracting (un sponsor du projet), l’Exosuit ressemble à quelque chose de la science-fiction : Ironman pour la science sous-marine. Avec Exosuit, les plongeurs peuvent descendre en toute sécurité jusqu’à plus de 300 m (1000 pieds) et rester pendant des heures, sans avoir à décompresser sur le chemin du retour à la surface. À l’aide de détecteurs de métaux sous-marins et d’un plan de site précis, nous avons évalué la disposition de l’épave et la répartition des débris et des matériaux qui en provenaient. Nous prévoyons de localiser et de récupérer un assortiment d’artefacts. Les opérations de récupération en 1900-1901 et 1976 offrent des preuves alléchantes de ce qui reste : jarres et articles de cuisine en céramique, lampes à huile, bijoux en or, pièces d’argent et de bronze, statuettes en bronze, objets en verre fin, vestiges de la coque du navire, éléments de sculpture en marbre, et même des restes de squelettes humains. Étant donné que le navire transportait des produits de luxe de la plus haute qualité, il existe une possibilité très réelle de découvertes inimaginables, d’une importance similaire à celle du Mécanisme. Après la saison 2017, la nouvelle expédition sur le site s’est achevée en octobre 2019.

L’expédition de 2017

‘Éphorie des antiquités sous-marines a achevé la nouvelle mission/excavation sous-marine à l’épave d’Anticythère. La recherche a duré du 4 au 20 septembre dans d’excellentes conditions météorologiques pour la première fois après 2014, date à laquelle a été achevée la cartographie détaillée de la zone où un navire de l’époque romaine a fait naufrage. Le navire était chargé d’une cargaison d’œuvres d’art et de produits de luxe, parmi lesquels le célèbre mécanisme d’Anticythère.  L’excavation s’est poursuivie dans la tranchée d’où des restes humains ont été récupérés l’année dernière, ainsi que l’équipement du navire lui-même comme des tuyaux en plomb, des contrepoids, des incrustations de fer d’éventuels outils de navire, etc. La tranchée a continué à livrer des matériaux similaires parmi de nombreux tessons de poterie d’amphores.  Pendant ce temps, les fouilles ont été étendues à deux autres zones où des fragments de statues de marbre et de bronze étaient situés sous de gros rochers de pierre qui glissent vers la zone en raison d’un grave événement sismique. Parmi les fragments, notons un bras en bronze, qui augmente le nombre de statues en bronze considérées comme couchées sur le site, compte tenu des éléments épars récupérés auparavant. Un autre élément important de la statue en bronze est celui d’un vêtement/dressing. Parmi les fragments de marbre, on distingue également celui d’une possible jambe masculine nue incrustée sur une base (socle) située sous un énorme rocher. D’autres plus petites trouvailles, des tessons de poterie, des clous, des fragments de gainage de plomb ainsi que des objets témoins du passage du site de l’équipe Cousteau – MOCS en 1976, ont été localisés ou récupérés. Plusieurs découvertes non identifiées – bien qu’initialement observées visuellement – sont également censées être étudiées plus avant pour leur interprétation. Le plus considérable semble être un disque métallique avec quatre protubérances trouées, décoré d’un taureau qui a été observé à l’aide de rayons X. Les fragments de la coque du navire (squelette et bordé) qui ont été localisés sont également exclusivement significatifs. Ceux-ci, en considération avec le reste des trouvailles, l’emplacement où ils ont été trouvés et les informations que nous avons du sauvetage de 1900 éclairent le tableau de l’accident nautique. Les recherches ont été menées comme toujours sous la direction de l’Ephorie des Antiquités sous-marines à travers son chef Aggeliki Simossi avec des leaders scientifiques dans le domaine les archéologues Theotokis Theodoulou et Dimitris Kourkoumelis. Participant à l’équipe de recherche, le Dr Brendan Foley de l’Université de Lund, les archéologues Dr Alexandros Tourtas et le candidat PhD Paolo Iglic, les plongeurs technologiques Phil Short, Gemma Smith, Alexandros Sotiriou, Nikos Yannoulakis, le photographe sous-marin Brett Seymour, le vidéaste sous-marin Evan Kovacs et le vidéaste Michael Tsimberopoulos. .

Le projet est placé sous l’égide du Président de la République hellénique.  Le projet a été soutenu par la société horlogère suisse Hublot, la Swordspoint Foundation (États-Unis), Autodesk, COSMOTE, la Fondation Aikaterini Laskaridis et le Kythera and Antikythera Domestic Property Committee. 

L’expédition de 2019

En octobre 2019, les recherches archéologiques sous-marines sur le légendaire naufrage d’Anticythère ont été réactivées et cette fois elles ont été menées par une équipe uniquement grecque, dirigée par le Dr Angeliki Simosi, chef de l’Ephorie des antiquités d’Eubée.

L’expédition a été extrêmement fructueuse, malgré les conditions météorologiques défavorables et la durée limitée de la recherche, qui pourrait être qualifiée de sauvetage. L’opération de recherche a été soutenue par la Fondation Aikaterini Laskaridis avec la contribution du navire « Typhoon », qui a été aimablement mandaté par la Fondation caritative Athanasios C. Laskaridis pour être utilisé pendant les opérations sur le terrain. Le site de l’épave a été réidentifié et redéfini suite à la dernière expédition de septembre 2017. Cinq sacs de sable ont été récupérés, qui avaient été laissés sur le fond marin depuis la précédente période de fouilles. Leur contenu a été soigneusement passé au crible par un conservateur spécialisé de l’Éphorie des Antiquités sous-marines en présence de deux archéologues. Au cours de ce processus, le conservateur a collecté des os qui doivent être analysés, d’éventuels noyaux d’olives, des pointes de bronze du navire et un anneau de bronze, dont l’utilisation n’a pas encore été identifiée. De plus, un panier en plastique de 110x110x45cm, rempli de fragments d’amphores a été levé. Parmi les trouvailles se trouve une tige en fer avec une extrémité circulaire. Un fait important est que parmi les bases d’amphores de l’île de Kos, un type différent a été identifié, dont l’origine n’est pas encore connue et nécessite une identification. A la surface du fond marin, l’équipe a récupéré trois cols d’amphores, dont deux de type Laboglia 2, originaires du sud de l’Italie, et un de Kos, ainsi qu’une amphore entière de Kos avec une seule anse manquante. Une découverte impressionnante est un fragment de bois, probablement un élément structurel du navire, avec quatre pointes en bronze. Tous les résultats ont été transportés au laboratoire de conservation de l’Éphorie des antiquités sous-marines pour un traitement ultérieur. Au cours de l’expédition, la cartographie photogrammétrique du site de l’épave a été réalisée. Parmi les participants de l’Ephorie des antiquités sous-marines figuraient le Dr George Koutsouflakis en tant que responsable scientifique, chef du département des sites archéologiques sous-marins, des monuments et de la recherche, Aikaterini Tagonidou, architecte-plongeur, et Chryssa Fouseki, conservateur-plongeur. Leur contribution au succès de l’expédition a été inestimable et pour cela le directeur du projet tient à les remercier chaleureusement. Il est à noter que l’équipe de recherche archéologique sous-marine comprenait pour la première fois quatre plongeurs des garde-côtes grecs, Dimitris Stamoulis, George Lytrivis, Dimitrios Chatziaslan et Athanasios Keitzis. Les plongeurs techniques experts Alexandros Sotiriou, Nikos Giannoulakis et Athanasios Chronopoulos, ainsi que deux archéologues marins, Orestis Manousos et Achilles Dionysopoulos ont également participé activement à l’opération. Toutes les opérations de recherche ont été filmées par le vidéaste Michael Tsimperopoulos. Le directeur opérationnel de l’expédition était Alexandros Palatianos, commodore (à la retraite) de la marine hellénique. Le directeur du projet, l’archéologue sous-marin Dr. Angeliki Simosi, a plongé avec l’équipe et est resté sur le terrain pendant toute l’expédition de recherche, menée par une équipe de vingt membres. Aucune description de photo disponible.

C’est la première fois qu’une équipe de cette taille se forme et comprend en plus des plongeurs profonds bien entraînés et expérimentés le « Typhoon », un navire spécial de trois mille tonnes qui a apporté son soutien aux opérations. Ce navire unique mesure 72 mètres de long et 16 mètres de large et est équipé de systèmes de navigation de pointe. Sa plate-forme d’opérations accueille cinq grands navires gonflables, qui peuvent se déployer selon les besoins pendant l’opération. 

Sur la base des résultats de cette expédition, les préparatifs du nouveau projet de recherche de cinq ans commencent immédiatement, à partir de mai 2020, avec la poursuite des fouilles à des positions sélectionnées sur le site du naufrage, où des indications existent que de nouvelles découvertes impressionnantes viendront éclairer. 

L’expédition de 2021

De 2021 à 2025, le projet sera coordonné par l’Université de Genève. La première expédition de ce nouveau programme quinquennal a lieu en octobre 2021. 

La mission de la première période du deuxième programme quinquennal de recherche sous-marine de l’épave d’Anticythère s’est déroulée du 1er au 10 octobre 2021. Il s’agit d’une recherche phare dans l’histoire de l’archéologie sous-marine, qui réserve encore de belles surprises à la communauté scientifique. et le grand public. Cette année, la recherche s’est concentrée sur la capture détaillée de l’espace et la création d’un modèle tridimensionnel photogrammétrique complet en haute résolution. Cela permet, d’une part, une analyse beaucoup plus précise de la répartition des découvertes dans le sol sous-marin, ce qui est fondamental pour la représentation précise de l’épave au 1er siècle avant JC, et d’autre part, la présentation d’un nouvel outil de pointe pour une planification précise des recherches futures. L’intégration successive des découvertes nouvelles et anciennes dans le modèle aboutira à la documentation complète de l’épave. Il offre également la possibilité d’accéder virtuellement à l’espace, même via Internet. Au cours de l’enquête, une plus grande partie de la zone de l’épave a également été enregistrée, fournissant des informations nouvelles et importantes qui seront étudiées lors de futures missions. Les objectifs de la courte mission de cette année ont été pleinement atteints malgré des conditions météorologiques en partie difficiles. La découverte la plus importante est une partie d’une statue de marbre piégée sous un gros rocher. L’analyse initiale et la documentation de l’objet ont été effectuées par photogrammétrie de terrain, tandis que son enquête plus approfondie sera effectuée en temps voulu. Au cours de la recherche, certains éléments structurels plus petits en bois et en cuivre du navire ont été récupérés ainsi que des fragments de céramique qui donnent des informations précieuses pour la datation et la composition de la cargaison. Avec les autres découvertes que la future fouille apportera, elle contribuera à une compréhension plus complète de la précieuse cargaison transportée par le navire. Le programme de recherche est dirigé par le Dr Angeliki G. Simosi, responsable de l’Éphorie des Antiquités d’Eubée, et Lorenz E. Baumer, professeur d’archéologie classique à l’Université de Genève. Les équipes de terrain étaient coordonnées par le capitaine Alexandros Palatianos et le directeur de la recherche sous-marine était Alexandros Sotiriou, archéologue collaborateur à l’Université de Genève, tandis que les membres de l’équipe spéciale de plongée, ainsi que l’archéologue plongeur Orestis Manousos et la chercheuse italienne Dr Elisa Costa de l’Université Ca ‘Foscari de Venise. Les recherches sont menées par l’École suisse d’archéologie sous la direction de l’Éphorie des antiquités marines et avec le financement de la Fondation Ekaterini Laskaridis et de l’Horlogerie suisse Hublot. La Fondation d’utilité publique Athanasios K. Laskaridis a fait don du navire Typhoon, dont la contribution a été importante pour le succès de la mission, tandis que Cosmote prend en charge les besoins en télécommunications de la recherche. La recherche est sous les auspices de SA du Président de la République Katerina Sakellaropoulou et est activement soutenu par la Commune de Cythère et les habitants d’Anticythère.

Bibliographie

Site officiel des expéditions  https://antikythera.whoi.edu/about/

Facebook Return to Antikythera  https://www.facebook.com/returntoantikythera

Jackson Monica. New Jewellery Evidence from the Antikythera Shipwreck: A Stylistic and Chronological Analysis . In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 134, livraison 1, 2010. pp. 177-194. DOI : https://doi.org/10.3406/bch.2010.7621 www.persee.fr/doc/bch_0007-4217_2010_num_134_1_7621

Sophie Descamps-Lequime et Benoît Mille (dir.), Technè, 45 | 2017, « Bronzes grecs et romains : études
récentes sur la statuaire antique » [En ligne], mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 05 octobre
2020. URL : http://journals.openedition.org/techne/1213 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.1213

Freeth, T., Higgon, D., Dacanalis, A. et al. A Model of the Cosmos in the ancient Greek Antikythera Mechanism. Sci Rep 11, 5821 (2021). https://doi.org/10.1038/s41598-021-84310-w

Machine d’Anticythère  https://fr.wikipedia.org/wiki/Machine_d%27Anticyth%C3%A8re  

The Calendar on the Antikythera Mechanism and the Corinthian Family of Calendars Paul A. IversenHesperia: The Journal of the American School of Classical Studies at AthensVol. 86, No. 1 (January-March 2017), pp. 129-203 (75 pages)Published By: The American School of Classical Studies at Athens