Alexandrie notamment, fondation hellénistique, était une ville à majorité grecque jusqu’au IXe siècle. Alexandrie sera prise par les Arabes sur l’Empire byzantin, vers 642, et à l’époque, si une partie des Grecs partirent vers des zones encore aux mains des Byzantins, surtout des Grecs aisés, la majorité restera, et avec le temps, isolée du monde hellénique, cette communauté sera assimilée avec le reste de la population égyptienne, pour disparaître complétement vers le XIIe siècle.

À partir du XVIIe siècle, une nouvelle vague de Grecs va s’installer principalement à Alexandrie, composée surtout de commerçants, de négociants, et de marins, favorisés par l’essor économique de l’Empire ottoman. Cette communauté a presque totalement émigré hors d’Égypte après la crise du canal de Suez de 1956 qui a provoqué un mouvement anti-chrétien violent dans la population égyptienne et se traduit par l’exode de la majorité des Grecs et des ressortissants étrangers. Seul subsiste, dans le désert du Sinaï, le monastère byzantin Ste-Catherine, dépendant du Patriarcat orthodoxe de Jérusalem. Il resterait à Alexandrie environ 1500 Grecs de nationalité égyptienne en 2018:

 

Grecs d’Alexandrie : Mémoire d’une communauté

Bibliographie

Sophie Coavoux. Élites éclairées et intellectuels progressistes grecs dans l’Alexandrie de Cavafy
Cahiers Balkaniques, Presses de l’Inalco, 2016, Les élites grecques modernes, XVIIIe-XXe siècles : identités, modes d’action, représentations, hors-série, ⟨10.4000/ceb.5565⟩

Note sur les bâtiments de la communauté hellénique dans l’Alexandrie contemporaine Margarita Sakka-Thiveou ,  Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée Année 1994 73-74 pp. 183-187; Fait partie d’un numéro thématique : Figures de l’orientalisme en architecture

Jean-Luc Fournet. Alexandrie : une communauté linguistique ? ou la question du grec alexandrin.
Institut Français d’Archéologie Orientale, Etudes Alexandrines 17, 2009, 978-2-7247-0497-6. ffhal01597809f

Angelos Ntalachanis Les archives grecques de Suez : un fonds inédit;  ANNALES ISLAMOLOGIQUES; AnIsl 45 (2011), p. 307-320  L’’objectif de cet article est de présenter un matériau empirique repéré à Suez en novembre 2008 et ayant trait à la population grecque de la ville1 . Après un aperçu de l’installation des Grecs en Égypte avant l’ouverture du canal de Suez, nous nous pencherons sur le cas particulier de la population grecque de Suez. P

Hebdo Ahram Grecs d’Alexandrie : Mémoire d’une communauté
  Ils étaient plusieurs dizaines de milliers dans les années 1930, et formaient une composante importante de la société alexandrine. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 1 500, mais constituent toujours un noyau à part. Ce sont les Grecs d’Alexandrie, une communauté à la fois intégrée et attachée à son identité. Enquête.

Angelos Dalachanis, « Une migration instrumentalisée : politiques étatiques et pratiques institutionnelles lors du départ des Grecs d’Égypte (1945-1961) »Diasporas [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 02 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2600 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.2600

La communauté grecque d’Alexandrie au XIXe et XXe siècles. Actes du 5ème colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer du 6 au 9 octobre 1994sem-linkRenée Richer  Publications de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres Année 1995 5 pp. 130-138

Entre Égypte et Grèce (colloque d’octobre 1994) Colloque, Sous la direction de sem-linkJean Leclant [Éditeur intellectuel]

Table des matières