Onassis, Niárchos, Bodossakis : ces grands armateurs grecs sont aujourd’hui décédés, mais ils ont laissé derrière eux de puissantes fondations, extrêmement bien dotées et très actives dans le développement de la ville. Des acteurs économiques de premier ordre, et une exception grecque tout droit héritée de l’histoire d’Athènes.

Dans l’Antiquité, l’évergétisme consistait, pour les notables, à faire profiter la collectivité de leurs richesses. Il s’agissait d’une véritable obligation morale, qui s’est ensuite lentement endormie avant de ressurgir au XIXe siècle. En 1830, la Grèce proclame son indépendance et se libère de quatre cents ans de joug ottoman. Tout est à construire. Et les riches commerçants, notamment de la région de l’Epire, dans le nord du pays, permettent, grâce à leurs donations, d’ériger les premiers bâtiments publics du tout jeune État grec.

Ce sont les premiers évergètes modernes. Parmi les plus célèbres d’entre eux, citons Georges Averoff (1815-1899) et Evángelos Záppas (1800-1865). Le premier a construit de nombreuses écoles dans le pays et financé, en plein centre d’Athènes, le Stade olympique panathénaïque en marbre blanc, également appelé Kallimarmaro (« beau marbre »). Le second, né près de Tepelen, une petite ville située dans le sud de l’Albanie, a légué une partie de son immense fortune à l’État grec pour construire à Athènes un bâtiment dédié au sport : le Zappéion. Inauguré en 1888, il a été utilisé successivement lors des jeux Olympiques de 1896 et de 1906. Situé dans le magnifique parc du Parlement, à deux pas de la place Syntagma, c’est aujourd’hui encore l’un des plus beaux bâtiments de la ville.

L’économie grecque sort exsangue de la Seconde Guerre mondiale et de la longue guerre civile (1946-1949) qui s’est ensuivie. « Il n’y avait plus de capitaines d’industrie capables de reprendre le flambeau de l’évergétisme », explique Yerassimos Yanopoulos, avocat fiscaliste et conseiller de la fondation Stávros Niárchos. Émerge alors une toute nouvelle génération d’hommes d’affaires qui, dans la foulée du magnat Aristote Onassis (1906-1975), font fortune dans la marine marchande. Les armateurs ne sont pas une nouveauté pour la Grèce, qui a une longue tradition remontant au début du XXe siècle dans ce secteur, mais Aristote Onassis et son adversaire d’une vie, Stávros Niárchos (1909-1996), portent cette activité à des niveaux record. De son vivant, Aristote Onassis n’était pas particulièrement impliqué dans le développement d’Athènes, mais il a laissé des instructions claires. « Selon son testament, 50 % de sa fortune devait aller à sa fille, Christina, et 50 % à la fondation Alexandre Onassis, du nom de son fils mort tragiquement dans un accident d’avion », souligne Aphrodite Panayotakou, directrice de communication de la fondation. En quarante ans, la fondation a multiplié par dix la somme léguée par l’armateur et affecte 40 % de ses revenus annuels à ses activités de mécénat. «C’est la spécificité de notre institution, explique Aphrodite Panayotakou. Nous avons toute une partie business qui garantit notre pérennité et qui nous permet d’être totalement indépendants. »

Une responsabilité sociale forte

La fondation Onassis a longtemps dominé le développement urbain de la ville en offrant de grands projets. Avec une prédilection pour l’avenue Syngrou, cette longue tranchée qui relie le centre de la ville au bord de mer. C’est là que se trouvent les bureaux de la compagnie Olympic Shipping and Management d’Aristote Onassis, mais aussi les locaux de la fondation. C’est donc tout naturellement sur cet axe que, en 1992, la fondation finance, à hauteur de 150 millions d’euros, la construction de ce qui est depuis devenu l’hôpital de chirurgie cardiaque le plus performant des Balkans. « En cédant à l’État cet outil moderne de 127 lits où ont déjà été soignés gratuitement plus de 350 000 patients, nous avons rempli une partie de notre mandat », souligne Aphrodite Panayotakou. Santé, éducation, solidarité sociale et culture sont les quatre piliers voulus par Aristote Onassis. L’économie grecque sort exsangue de la Seconde Guerre mondiale et de la longue guerre civile (1946-1949) qui s’est ensuivie. « Il n’y avait plus de capitaines d’industrie capables de reprendre le flambeau de l’évergétisme », explique Yerassimos Yano poulos, avocat fiscaliste et conseiller de la fondation Stávros Niárchos. Émerge alors une toute nouvelle génération d’hommes d’affaires qui, dans la foulée du magnat Aristote Onassis (1906-1975), font fortune dans la marine marchande. Les armateurs ne sont pas une nouveauté pour la Grèce, qui a une longue tradition remontant au début du XXe siècle dans ce secteur, mais Aristote Onassis et son adversaire d’une vie, Stávros Niárchos (1909-1996), portent cette activité à des niveaux record. De son vivant, Aristote Onassis n’était pas particulièrement impliqué dans le développement d’Athènes, mais il a laissé des instructions claires. « Selon son testament, 50 % de sa fortune devait aller à sa fille, Christina, et 50 % à la fondation Alexandre Onassis, du nom de son fils mort tragiquement dans un accident d’avion », souligne Aphrodite Panayotakou, directrice de communication de la fondation. En quarante ans, la fondation a multiplié par dix la somme léguée par l’armateur et affecte 40 % de ses revenus annuels à ses activités de mécénat. « C’est la spécificité de notre institution, explique Aphrodite Panayotakou. Nous avons toute une partie business qui garantit notre pérennité et qui nous permet d’être totalement indépendants. »

En 2010, alors que la crise économique explose dans le pays, la fondation livre le centre culturel Onassis, toujours sur Syngrou. Avec un investissement de près de 85 millions d’euros, le centre est ouvert à la création grecque contemporaine et se donne pour mission de soutenir un segment sinistré de l’économie. En produisant plus de 500 spectacles en cinq ans, il a permis à plus de 6 200 artistes ou techniciens grecs de vivre de leur travail. « Nous avons une responsabilité sociale forte, car nous sommes un acteur économique majeur. La culture doit survivre : elle définit le type de société dans laquelle nous voulons vivre », affirme Aphrodite Panayotakou. La fondation Stávros Niárchos adopte à peu de choses près la même structure légale et les mêmes axes que la fondation Aristote Onassis. Elle a commencé à intervenir à la mort de son bienfaiteur, en 1996. « Nous avons déjà dépensé 1,5 milliard d’euros en vingt ans, dont 50 % en Grèce, et surtout à Athènes, et 300 millions, depuis 2012, pour soutenir l’entrepreunariat des jeunes ou pour soulager les citoyens les plus vulnérables des conséquences sociales de la crise », rapporte Yiannis Zervakis, directeur administratif de la fondation Stávros Niárchos. Le projet le plus ambitieux est sorti de terre entre 2012 et 2016, lui aussi tout au sud de l’avenue Syngrou, et sera officiellement inauguré en 2017. Le Centre culturel de la fondation Stávros Niárchos (SNFCC) hébergera, à terme, la bibliothèque nationale et l’opéra national, ainsi qu’un parc.

Source : Adéa Guillot, The goodlife.fr.

FONDATIONS CULTURELLES & ÉDUCATIVES

FONDATION STAVROS NIARCHOS – www.SNF.org
La Fondation Stavros Niarchos, l’une des plus grandes organisations philanthropiques
privées au monde, fait des donations dans les domaines de l’art et de la culture, de
l’éducation, de la santé, du sport et de la prévoyance sociale. La Fondation octroie des
subventions à des organisations qui devraient apporter des résultats positifs, tangibles et
permanents à la société et qui sont gérés correctement. La Fondation Stavros Niarchos
soutient activement les programmes visant à contribuer au partenariat entre le secteur
public et privé, en tant qu’outils efficaces de promotion du bien commun.
Vas. Sofias 86Α, 11528 Athènes, Grèce
T: +30 2108778331
Courriel: info@snf.gr

FONDATION ONASSIS – http://www.onassis.gr/
La culture, l’éducation, l’environnement, la santé et la solidarité sociale sont les principales
priorités de la Fondation d’intérêt publique Alexandre S. Onassis. Toutes les activités de la
Fondation sont liées à la Grèce et à la civilisation grecque.
Leoforos Amalias 56, 10558 Athènes
T: +30 210 371 3000, F: +30 210 371 3013

 

 

FONDATION THEOCHARAKIS – www.thf.gr
La Fondation Basil et Marina Theocharakis est dédiée aux beaux-arts et à la musique en
Grèce et dans le monde et est particulièrement axée sur l’apparition et l’évolution du
modernisme aux XXe et XXIe siècles. La Fondation encourage les jeunes visiteurs à se
familiariser avec l’espace du musée en leur enseignant les beaux-arts, la musique et le
sens de l’esthétique.
Vassilissis Sofias 9 & Merlin 1 106 71, Athènes
T: +30 210-3611206 F: +30 210-3611380
Courriel: info@thf.gr

FONDATION EUGENIDES
La Fondation Eugenides contribue, depuis sa création en 1956, à la vulgarisation de la
science et de la technologie, à travers ses publications scientifiques et autres, les
programmes de planétarium, la bibliothèque scientifique, les expositions scientifiques et
ses autres initiatives mises en oeuvre dans le domaine de l’éducation.
L. Syggrou 387 – 175 64 P. Faliro (Entrée à partir du 11 rue Pentelis)
T: +30 2109469600 F: +30 210 9417372
Courriel : admin@eugenfound.edu.gr

FONDATION BODOSAKIS – www.bodossaki.gr/
L’égalité des chances, la méritocratie, la transparence et l’efficience comptent parmi les
principes fondamentaux de la Fondation. Les outils dont dispose la Fondation pour mettre
en oeuvre sa stratégie sont les donations aux organisations étatiques et non
gouvernementales, les bourses et les prix scientifiques. Ses autres initiatives sont axées,
entre autres, sur l’amélioration du fonctionnement de l’Etat et le renforcement des capacités
de la société civile.
Vas. Georgiou B5, Athènes 106 74, Grèce
T: (+30) 210.3237-973, (+30) 210.3237-804, (+30) 210.3248-005 F: (+30) 210.3237-976
2

FONDATION MICHEL CACOYANNIS – www.mcf.gr/
La Fondation a pour objet l’étude, le soutien et la diffusion des arts du théâtre et du cinéma
de toutes les époques ainsi que l’enregistrement et la sauvegarde du produit de ces arts ;
le soutien du cinéma européen par le biais d’initiatives et de propositions ainsi que la
promotion et le renforcement de la culture européenne et de l’union culturelle des peuples
d’Europe.
Peiraios 206, (Pont Chamosterna), Tavros, C.P. 177 78
Τ: +30 2103418550
Courriel: info@mcf.gr

FONDATION D’INTERÊT PUBLIC IOANNIS S. LATSIS – www.latsis-foundation.org/
La Fondation assure la planification, la gestion et le financement de programmes couvrant
un large éventail de domaines, comme l’éducation, la science, la santé, la prévoyance
sociale, la culture et l’environnement, tout en développant des coopérations avec des
entités de la société civile et des organisations clés de ces domaines.
Bâtiment Pallas Athènes , Xenias 4 14562 Kifissia
T: +30-210-628-2888 F: +30-210-628-2323
Courriel: info@latsis-foundation.org

CENTRE CULTUREL DU MONDE HELLENIQUE – www.ime.gr/
Le Centre culturel du monde hellénique a pour vocation de garder vivante la mémoire
historique et la tradition grecque, de sensibiliser le public à la dimension oecuménique de
l’hellénisme et de mettre en exergue sa contribution au développement de la civilisation,
afin que le passé devienne un point de référence pour le présent et l’avenir et que la
pensée contemporaine s’inspire de nouveau de l’esprit grec.
Poulopoulou 38, 118 51 Athènes
T: +30 212 254 5000 F: +30 212 254 3838
Courriel: info@ime.gr

FONDATION AIKATERINI LASKARIDI – www.laskaridou.gr/
La Fondation a pour objectif de promouvoir les arts et les lettres grecs ainsi que la tradition
maritime et l’histoire de la Grèce. En tant qu’organisation culturelle et éducative vivante,
elle organise et met en oeuvre chaque année un grand nombre de programmes de
formation, éducatifs et culturels. Elle s’adresse à un public élargi, notamment aux lycéens,
étudiants et enseignants. Plus de 20 000 enfants participent chaque année à ses
programmes.
 Praxitelous 169 & Bouboulinas, 185 35 Pirée : Services administratifs, programmes
éducatifs, manifestations, exposition de peinture de l’artiste Dimitris Perdikidis,
programme postuniversitaire City University of London. Tél.: +30 2104297540-2, Fax:
210-4296024
 2as Merarchias 36 & Aktis Moutsopoulou, 185 35 Pirée : Bibliothèque historique,
collection d’objets de l’Amiral Nelson, exposition maritime, salle de lecture, salle des
manifestations. Tél. : +30 210-4523937
 Kountouriotou 173, 185 35 Pirée, Bibliothèque, Section enfants de la bibliothèque,
exposition maritime de la bibliothèque, salle de lecture, salle informatique, collections
d’archives. Τél. : +30 210-4100956
Courriel : info@laskaridou.gr

FONDATION HELLENIQUE POUR LA CULTURE – www.hfc.gr
La Fondation hellénique pour la culture a pour mission de promouvoir la civilisation grecque
à l’étranger. Elle fonctionne comme une plateforme de la civilisation grecque, s’adressant à
tous les étudiants, artistes de l’étranger ou aux visiteurs de la Grèce.
Stratigou Kallari 50, 15452 Palaio Psychiko
T: +30 210 6776540 F: +30 210 6727201 Courriel: hfc-centre@hfc.gr
3

FONDATION CULTURELLE DE LA BANQUE DU PIREE (PIOP) – www.piop.gr
La Fondation culturelle de la Banque du Pirée (PIOP) soutient la sauvegarde et la mise en
valeur de l’héritage culturel du pays en mettant l’accent sur la biotechnique et la
technologie industrielle et promeut la liaison entre la civilisation et l’environnement.
Agg. Geronta 6, 105 58 Athènes
T: +30 210 3218015/020 F: +30 210 3218145
Courriel: piop@piraeusbank.gr

FONDATION CULTURELLE DE LA BANQUE NATIONALE DE GRECE- www.miet.gr/
La Banque Nationale de Grèce a décidé, dans le cadre de son 125e anniversaire depuis sa
fondation, de créer une fondation culturelle dans le but de contribuer au développement
des lettres, des beaux-arts et de la science.
Thoukididou 13, 1058
T. +30 2103221335
Courriel : miet2@otenet.gr

FONDATION POUR L’EDUCATION ET LA CIVILISATION EUROPEENNE www.ipep-gr.org/
Conformément à ses statuts, la Fondation IPEP récompense et soutient moralement et
financièrement des étudiants postuniversitaires notamment qui étudient en Grèce ou à
l’étranger, ainsi que des jeunes chercheurs. Par ailleurs, elle soutient et développe des
programmes de recherche et culturels en Grèce et à l’étranger. Les prix et aides
économiques sont octroyés à des étudiants et des chercheurs qui se distinguent ou qui
rencontrent des difficultés financières.
Lysikratous 12, 10558 Plaka
T: +30 2103228922
Courriel : info@ipep-gr.org

FONDATION J. F. COSTOPOULOS – info@costopoulosfoundation.org
« La Fondation a pour mission de contribuer matériellement et moralement par tous les
moyens appropriés à la valorisation du niveau culturel, éducatif et artistique en Grèce et de
renforcer les projets d’intérêt public en général, comme par exemple en promouvant les
manifestations culturelles, les projets ou les programmes scientifiques, éducatifs ou autres
programmes d’utilité publique, à travers le soutien aux établissements éducatifs et aux
écoles professionnelles, musées, pinacothèques, bibliothèques, etc.
Ploutarchou 9, 106 75 Athènes
T: (+)30 210 729 3503 F : (+)30 210 729 3508