ou Lysistrata d’Aristophane au temps de la grande pandémie

Création théâtrale de L’Atelier Théâtre pour adultes de la Communauté Hellénique de Paris et des environs.

Grèce antique, 411 av.JC. Le plan bien conçu de Lysistrata pour mettre fin à la guerre du Péloponnèse bat son plein, les femmes s’abstenant de relations sexuelles. Elles se sont enfermées dans l’Acropole et empêchent les hommes d’utiliser l’argent public. Et tandis que le temps passe et que tout montre que les hommes sont prêts à capituler et signer un accord de paix, l’inattendu se produit… Co ro na vi rus !
Dans quelle mesure les plans de Lysistrata vont-ils changer en raison de la pandémie ? Comment Cléonice et Myrrhiné réagiront-elles à cette situation ? Cinesias votera-t-il en faveur de la paix ? Est-ce que Provoulos veut toujours chasser les femmes de l’Acropole ? Qu’adviendra-t-il de Lampito à Sparte ? Comment les autres femmes vivent-elles la nouvelle situation ? Le reste des hommes ? Toutes les réponses à ces questions (et pas seulement, bien sûr), se trouvent dans : « Nous restons à l’Acropole » Une création artistique réalisée par l’Atelier Théâtre de la Communauté Hellénique de Paris et Environs, antimilitariste et hautement « antivirale », de mai 2020.

Cette vidéo est sans but lucratif. Les droits de la chanson, dont l’adaptation est entendue dans la vidéo (Grèce pays de lumière, interprétation: Kaiti Garbi, composition – paroles: Demosthenes Striglis, Album: Ως τον παράδεισο, Columbia, 1993) appartiennent à leur créateur.