Le vaste ciment sur l’Acropole a provoqué le choc et le dégoût. Les photos qui ont circulé sur Internet révèlent des itinéraires à l’intérieur du site archéologique pavé de ciment, un matériau de construction qui ne rentre pas dans le style du monument.
Personne ne pense qu’en 2020, il n’est pas possible d’utiliser d’autres matériaux plus respectueux de l’environnement et esthétiquement harmonisés avec l’espace. Nous parlons de l’Acropole. Ou est-ce que les allées bien pavées facilitent également les talons hauts portés lors des fêtes et des galas ?
Se sentant insultés, de nombreuses personnes ont réagi spontanément. De son côté, la direction politique du ministère de la Culture a publié (tard vendredi soir) une déclaration qui devrait être une honte pour celui qui l’a rédigée. Nous espérons que lorsqu’il le relira avec plus de sang-froid, il rougit au moins. Il déborde d’ironie, comme cela s’est produit dans le passé, de manque de respect envers les citoyens qui ont réagi en voyant sur les photos « cimenté» l’espace entre les monuments.
Il ne donne pas la moindre explication du fait, il se moque des « citoyens sensibles qui étaient inquiets », il pointe du doigt, vend des spiritueux de bas niveau et prétend que les routes étaient pavées de ciment épais pour faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite et des personnes âgées.
« Bien sûr, il est clair que ces couloirs sont une intervention dans le Rocher sous le prétexte des itinéraires handicapés. Ce sont de nouveaux couloirs dans toute la zone du monument de l’UNESCO (ce qui n’était même pas demandé bien sûr), qui en fait changent d’image et de forme. Je souhaite que le ministère de la Culture et des Sports fasse preuve d’un réel respect pour les personnes handicapées et ne les utilise pas comme prétexte pour d’autres emplois … « a écrit dans son récit personnel l’archéologue et présidente de l’Association des archéologues  grecs, Despina Koutsoumba.
«Mme Mendoni veut absolument laisser son empreinte – et l’empreinte de la Fondation (s.s. Onassis Foundation qui a financé l’éclairage) – sur l’Acropole. Vous verrez bientôt les résultats et c’est au-delà de toute logique de promotion, notamment d’un monument haut de gamme. Cependant, la KAS l’a approuvé. Ce KAS qui s’est formé après 3 changements dans sa composition et est le même qui a approuvé le détachement des antiquités de Venizelos. « Au fait, la misérable intervention sur l’Acropole est réversible, la catastrophe sur Venizelou ne l’est pas) » conclut-il.
Le ministère de la Culture, pour sa part, a pris soin de ne pas répondre sur le fond, de ne pas fournir d’explication officielle et en même temps d’accompagner son annonce de la photo suivante du lieu et de la légende « Cette image est présentée aujourd’hui par les routes pavées de ciment en 60s « . Et alors; De toute évidence, il doit tracer les itinéraires, aussi longtemps que nécessaire, et il doit le faire de la meilleure façon.
Annonce de la direction politique du Ministére de la culture.
«Le ministère de la Culture et des Sports exprime sa joie que des citoyens sensibles se soient préoccupés des itinéraires, qui sont pavés sur le rocher de l’Acropole, afin de faciliter l’accès des personnes handicapées, des personnes âgées, des citoyens ayant des problèmes de santé.
Dans le même temps, il regrette que les citoyens très sensibles qui protestent n’aient pas dû visiter le Holy Rock pendant au moins vingt ans, lorsque ces routes sont pavées de ciment. La différence est qu’au fil du temps et au passage de millions de visiteurs, toutes ces années, le matériel a été détruit et les itinéraires sont un piège même pour ceux qui n’ont pas de difficultés à se déplacer.
Avec le fonctionnement de l’ascenseur de pente, qui permettra l’ascension sûre et confortable des visiteurs, qui ont des difficultés pour diverses raisons, vers le monument, les itinéraires existants sont améliorés avec du matériel, approuvé par le Comité de conservation des monuments de l’Acropole, présidé par l’université. Manolis Korre et le Conseil central archéologique.
Des centaines de milliers de personnes du monde entier viennent chaque année visiter le Rocher Sacré. Que ce pèlerinage ne soit pas un privilège de ceux qui n’ont aucun problème à grimper. Les handicapés, les personnes âgées, les personnes ayant des problèmes divers ont le droit de voir et d’admirer de près les monuments de l’Acropole, les participants de l’éducation de jour. « 
ART – ACTUALITÉS