Le projet…

Une semaine avec Dimos Avdeliodis  Inspirée des Festivals similaires, la semaine à la découverte d’un cinéaste grec est l’aboutissement de nombreuses réunions et des échanges, organisés par la Communauté Grecque depuis un an….

L’objectif de la semaine dédiée au cinéaste grec Dimos Avdeliodis, s’adresse à un large public et aborde les problématiques et les thèmes qui préoccupent la Grèce contemporaine. A travers des projections des films et des présentations théâtrales cette semaine vise à :

  • développer le regard critique, donner la parole et la possibilité aux spectateurs d’être actifs face à l’image. Mais également au travers d’un échange avec le réalisateur autour de chaque présentation avec les spectateurs.
  • aborder des notions de citoyenneté, de responsabilité et de vie en société à travers des créations artistiques qui abordent des évènements historiques (Hélène de Yannis Ritsos)
  • permettre de prolonger l’ensemble des actions entreprises et ce, au–delà de cette manifestation, travailler sur la problématique d’un festival dans un processus de formation et d’initiation au cinéma et au théâtre.

DIMOS AVDELIODIS

Un réalisateur unique et exceptionnel, voué au cinéma lyrique d’innocence, telle est la meilleure façon de commencer à parler de Dimos Avdeliodis, créateur bien aimé par le public grec pour son œuvre mais aussi pour sa propre attitude de vivre.

Né sur l’île de Chios en 1952, Avdeliodis s’attache fortement à son lieu d’origine appréciant la vie rurale et les mœurs des villageois, source principale d’inspiration pour ses films.

Ses études de philosophie, avant de se tourner vers les études de dramaturgie, ainsi que son caractère modeste montrent un réalisateur qui aime le cinéma de qualité sans pour autant céder à l’élitisme.

Dimos Avdeliodis fait des films avec un budget minime pour les gens ordinaires en racontant leurs histoires et en les utilisant à la place des acteurs professionnels. Ceci constitue un ingrédient indispensable afin de capter l’authenticité des visages et des corps, ce qui nous permet de parler d’un cinéma purement “corporel”.

Les manifestations s’organisent à l’Espace des Associatons, 12ter Place Garibaldi, 06000 Nice.

P  R  O  G  R  A  M  M  E

Jeudi 6 février à 18h30, Projection

LES QUATRE SAISONS DE LA LOI, 1999: Meilleur réalisateur, troisième meilleur film, prix FIPRESCI au Festival international du film de Thessalonique 1999 ; Sélection au Festroia 2000 ; Sélection à la Viennale 2000 ; Sélection au Festival international du film de Tokyo 2000 ; Berlinale 2000 : Prix Don Quichotte, prix du public

Vendredi 7 février à  19h Théâtre,

HELENE  de Yannis Rítsos  avec  Veronika Argentzi

Ce monologue est un de ses poèmes théâtraux que Yannis Ritsos (1909-1990) nous donne  à voir et à écouter. La belle Hélène de Troie est ici à la dernière heure de sa vie. Elle est devenue la vieille Hélène dans sa grande maison délabrée, une Hélène impotente, humiliée par des servantes devenues bourreaux. Bourreaux semblables à ceux de Ritsos, alors en résidence surveillée à Samos au moment de l’écriture d’Hélène en 1970, sous la dictature des colonels.

Samedi 8 février à 15h 30,   Projection   

L’ARBRE QU’ON BLESSAIT, 1986 Prix spécial de l’association des critiques grecs de cinéma au Festival du cinéma grec 1986 ; Prix européen du jeune réalisateur à la Berlinale 1987 ; éléphant d’or au Festival de New Delhi ; sélection lors de la Semaine de la critique (Festival de Cannes).

CONCURRENCE DÉLOYALE 1988 Prix de la critique au Festival du court-métrage de Dráma.

L’affiche de la manifestation est une réalisation de la graphiste  Alkistis Oikonomopoulou