En découvrant l’extraordinaire richesse du répertoire de chant grec, on aborde les danses traditionnelles ainsi que les costumes et bijoux traditionnels….

A partir de cette année la CGDAM vous propose une novelle activité qui sera animée par Sophie Portrait, l’atelier de couture.

Celles et ceux qui sont intéressés par cet atelier qui permettra de travailler sur les habits folkloriques grecs, peuvent prendre contact directement avec Sophie au tél. 06 84 59 97 42 ou envoyer un mail à l’association.

Les cours commencent mercredi 16 octobre 2019 à 15h00, salle Venus à la  MAISON DES ASSOCIATIONS LA LUNA

265, Promenade des Anglais / rue Gaspard Faraut, 06200 Nice

Les costumes  ont leur origine des habits byzantins. Ensuite, la domination turque favorisa une nouvelle infiltration de vêtements venant de l’Orient, avec ses modes apportant bijoux et broderies. Le costume de danse pour homme reflète celui porté par les Klephtes,soldats qui se battirent contre les Turcs pendant la Guerre pour l’indépendance de la Grèce. L’élément marquant est la fustanelle, jupe blanche plissée. (Le costume officiel était coupé dans 30 mètres de tissu blanc, formé de 400 plis qui symbolisaient 400 années de servitude sous l’occupation turque.)Il y a également le pharion, béret de feutre rougeau gland de soie noire, le phermeli, gilet brodé à la main de noir,bleu ou marron, les bas de laine blanche, la chemise blanche à manches bouffantes, les hauts-de-chausse(collants allant au genou). Reste le ceinturon, les fixe-chaussettes, la ceinture intérieure, qui permet de maintenir les collants, et les tsarouchia ou tsarouhi, les chaussures fabriquées à la main et recouvertes d’un pompon de laine.

Μusée de l’Histoire du Costume Grec offre un parcours historique à travers les vêtements et les costumes grecs depuis l’antiquité jusqu’aux temps modernes.

Datant de la Grèce antique, la manière dont les gens s’habillaient et même la façon dont ils coiffaient leurs cheveux transmettait des informations essentielles sur leur statut social et personnel, ainsi que sur leur origine. Cette riche collection offre une perspective fascinante de l’histoire grecque en soulignant les différences sociales et régionales à travers les vêtements et les coiffes.

Le musée est installé dans un bâtiment de construction des années 1920 qui montre les premiers signes de la transition du néoclassicisme au modernisme. Il a été acheté en 1935 par le Lycée des femmes grecques qui, pendant l’occupation nazie, organisait des soupes populaires pour les enfants et hébergeait environ 150 personnes sans abri à la suite du bombardement du Pirée en 1944.

À ne pas rater : L’ensemble de poupées en porcelaine du XIXe siècle appartenant à la reine Olga.

Anecdote : le costume emblématique ‘Amalia’ n’existe pas réellement en costume traditionnel, mais a été créé par la première reine de Grèce dans un effort d’apparaître ‘comme tout le monde’.

Adressa : 7 Dimokritou, Kolonaki, 106 71 Kolonaki +30 210 362 9513

Lycée des Femmes Grecques en France

Pour aller plus loin dans l’histoire de la laographie grecque et le costume:

  • Georges Prevelakis, « La « Laographie » grecque, ethnogéographie ou idéologie ? », Géographie et cultures, 2 | 1992, 75-84.
  • Florence Gherchanoc, « Beauté, ordre et désordre vestimentaires féminins en Grèce ancienne », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 36 | 2012, 36 | 2012, 19-42.
  • Papataxiarchis, Evthymios. « Un moment pluriel. L’ethnographie grecque au tournant du siècle », Ethnologie française, vol. vol. 35, no. 2, 2005, pp. 213-227.