Dans ce bulletin vous pouvez, entre autres, lire que….

Αθήνα. «Λουκέτο» βάζει το Εθνικό Κέντρο Βιβλίου

La paralysie du milieu éditorial en Grèce semble sans issue. Ce qui frappe, c’est le jeu de dominos. La rapidité avec laquelle un système entier se détricote. Dans les maisons d’édition, nombre de salariés ne sont plus payés, mais viennent travailler gratuitement. Ils savent qu’ils ne trouveront pas d’emploi d’ailleurs. Avant la crise, près de la moitié des titres publiés par la Grèce étaient des traductions. Aujourd’hui, les achats de droits sont gelés. Le Centre de traduction littéraire (Ekemel) a fermé l’été dernier. Dans ce contexte, le Centre national du livre grec (Ekevi) vient de fermer aussi ses portes après 19 ans d’activité.