Projection et discussion autour du film de Théo Angelopoulos, Voyage à Cythère

Prix du scénario au Festival de Cannes 1984
Prix de la critique au Festival de cinéma de Rio de Janeiro de 1984

Samedi 26 novembre 2011  à 19h00

Amphithéâtre de l’Espace des Associations,
12 ter Place Garibaldi Nice

 » est le premier film vraiment sublime d’Angelopoulos parce que lyrique enfin, lyrique surtout, lyrique seulement. Film à nu. Dépouillé de toutes les certitudes, les dogmatismes, les théories. Débarrassé de quelques scories minuscules qui troublaient encore la limpidité des œuvres passées. Film d’un artiste proche de l’épure absolue, proche de la quintessence. Cette quintessence, Angelopoulos ne l’a visiblement pas atteinte sans désillusions de toutes sortes. Il semble loin, désormais, le temps où le cinéma faisait office, à ses yeux, d’outil de combat. L’amertume semble avoir (pour l’instant ? Désormais ?) recouvert les convictions inébranlables de la jeunesse et seul l’art semble survivre à tous les engagements : ultime refuge, ultime bouée. Car tout n’est qu’art, tout ne parle que d’art, tout ne mise que sur l’art dans Le Voyage à Cythère, qui nous raconte non le tournage d’un film mais le film en train de se rêver, de s’imaginer.  » Pierre Murat (Télérama N° 1835 : mars 1985).