De nos jours, bien des valeurs sont remises en question et une foule d’évènements mettent à l’épreuve notre foi en elles ; mais votre soutien nous assure que rien ne peut s’opposer au désir de démocratie et de justice, au droit au savoir et à
l’information, à la force de l’amour pour l’être humain. C’est pourquoi la « Communauté grecque des Alpes Maritimes », pour ses premières manifestations de l’année 2008, a voulu honorer les Grecs et tous ceux qui ont combattu pour la libération de la Grèce opprimée sous le joug ottoman. Elle présentera l’oeuvre de l’écrivain grec Vassilis Alexakis, qui se distingue dans les Lettres françaises ; et elle engagera un dialogue avec le poète Jacques Salomé, sur le thème de l’amour et de la  communication entre les hommes.

A lire aussi…

Le 21 février 2008, a été présentée la publication des Actes du 3eme congrès européen sur les études néo
helléniques qui a eu lieu à Bucarest. Le thème était : « le monde grec entre la période des Lumières et le
XXe siècle ».

Des étudiants grecs ont organisé, le 19 février 2008, un débat à Cambridge pour exiger la restitution des frises de marbre retirées du Parthénon, il y a plus de 200 ans sur ordre de lord Elgin, ambassadeur britannique auprès de l’Empire ottoman.
De nombreuses voix s’élèvent depuis quelques années en Grèce, la défunte actrice et ministre grecque de la Culture Melina Mercouri avait pris l’initiative d’une campagne virulente dans les années 1980, en parlant à leur propos de pillage des trésors nationaux. Le British Museum a rejeté toutes les requêtes en faisant valoir que les frises étaient mieux entretenues à Londres, à l’écart de la pollution athénienne qui a fortement endommagé les frises restées sur place.